Light In chaos

Light In Chaos est une hybridation entre une agence de communication, un studio de création et un labo de Recherche & Développement. Notre ambition n’est pas uniquement de « faire » de la communication mais de la faire vivre à travers une approche imaginative et transmédia.
«Nous pensons que la communication est un outil de création et de partage, non seulement des informations mais également des expériences. Les nouvelles technologies et les nouveaux média ont changé nos perceptions des enjeux de la communication.»
https://lightinchaos.com

Vision

Le PIDS a toujours mis en avant les compétences artistiques Françaises reconnues internationalement. Même si ces dernières années, il donne plus de lumières aux compétences techniques, chez Light In Chaos nous voulons aller plus loin.

Dans le monde du divertissement (jeu vidéo, cinéma, expérience VR….) l’art et la technique ne sont que 2 faces d’une même pièce. Chacun ayant mutuellement besoin de l’autre. L’idée de l’hackathon nous est venue du constat suivant :
En France on est excellent en art et en technique. D’autre part, mêler les 2 tableaux est possible et le résultat est supérieur à la somme des 2.
Le meilleur moyen de le prouver devint alors pour nous de montrer pendant le festival, comment art et technique peuvent se mêler avec brio en relevant un challenge ambitieux et enthousiasmant.

 

 

Convictions

Véritable levier sociétal, par ses valeurs et son poids économique, la culture atteint en 2016 44,5 milliards d’euros de valeur ajoutée avec 620 000 personnes travaillant dans ces secteurs culturels (2,4 % de la population active). Ces marchés sont particulièrement dynamiques, agiles et en pleine croissance, malgré les risques et problématiques qu’ils encourent (http://www.culture.gouv.fr). 

« Le cinéma contribue plus au PIB de la France que l’industrie automobile »  comme l’affirme Aurore Bergé.

http://www.leparisien.fr/politique/aurore-berge-le-cinema-contribue-plus-au-pib-de-la-france-que-l-industrie-automobile-26-08-2018-7864980.php

Et le cinéma « de genre » (science fiction, horreur, aventure…), qui par nature est riche et ambitieux en effets visuels numériques (« visual effects » ou VFX en anglais) n’est pas en reste. Au vu de son important essor sur la scène internationale ces dernières années et donc de celui des VFX, ce secteur est l’un des plus dynamique de cette industrie. Mais à l’ère du politiquement correct et de l’émotionnalisme, le cinéma français y est encore réfractaire.

On pourrait alors croire que cela empêche l’émergence d’écoles françaises de VFX de qualité. Pire, qu’un manque d’élèves talentueux pourrait être à l’origine de cette culture cinématographique hésitante. Pourtant, nos écoles et leurs élèves sont reconnus mondialement pour leurs qualités et leur professionnalisme. 

La France doit changer de regard sur les VFX si elle veut maintenir son rang dans le monde cinématographique. D’autant plus que le territoire nationale a le savoir, les compétences et l’expérience de ces métiers. Alors, conjugués aux ressources des écoles spécialisés, l’évolution de cette chaîne culturelle, industrielle et créative devient une évidence. 

Missions

Heureusement, depuis quelques années le Paris Image Digital Summit (PIDS) déconstruit ces a priori ô combien erronés. Festival incontournable consacré au meilleur de la création numérique et des VFX sur la scène internationale, il réunit sur 4 jours près de 2000 personnes ainsi que les plus grandes entreprises mondiales du domaine.

Pour valoriser ces métiers de l’ombre, il a inauguré il y a quelques années, les GENIE Awards, réparant aussi l’injustice de l’inexistence de récompenses aux Césars. Chaque année, entre tables rondes, présentations et conférences autour des VFX dans le monde, l’étendue des talents techniques et artistiques français se dévoile un peu plus, ainsi que leur notoriété internationale.

C’est dans cette mouvance que notre projet s’inscrit. Nous souhaitons nous aussi participer à notre échelle à promouvoir et développer ces métiers des VFX. Pour cela, nous avons l’ambition de faire collaborer des élèves et des écoles de différentes disciplines (ingénieurs, graphiste, modeleur 3D…) autour d’une création portée sur les VFX. 

Enghiens-les-Bains et le Centre des Arts

« A la croisée de l’art du numérique et des sciences, le Centre des Arts est un lieu de vie et de co-working. Véritable ruche d’activités innovantes et plateforme d’expertise et de consulting, le CDA propose une programmation artistique variée et impulse de nombreux projets avec l’international. Reconnue ville créative des arts numériques par l’Unesco, Enghien-les-Bains est devenue en décembre 2013 la plus petite ville au monde à porter un projet numérique phare, que le CDA incarne depuis une dizaine d’année, aussi bien à l’échelle locale qu’internationale.»
Extrait de la présentation du CDA (http://www.cda95.fr/)
Le Centre des Arts d’Enghien-les-Bains, que nous tenons à chaleureusement remercier, organisateur du PIDS, a accepté de participer à l’élaboration d’IntereFX en mettant à notre disposition sa salle de spectacle et la salle des fêtes.

Benoit

Benoit

Magicien du Pixel

Laurent

Laurent

Maître du jeu

Découvrez mon dernier jeu :
l’Escape Box Cthulhu
Dominique

Dominique

Grand Manitou

Arnaud

Arnaud

Gardien des Légendes

J’écris du code et des histoires.
#web #VFX #film #CG #VR

imdb.com/name/nm3722778/

Linda

Linda

Magicienne du webdesign